vgrunewald

Seriez-vous prêt à adopter un jardin sec ?

Vincent GRUNEWALD
22 Février 2018
Dernière modification : 22 Février 2018

Architecte Paysagiste dans le sud de la France, il est difficile de ne pas être inspiré par les paysages rocailleux environnants. La végétation, même au plus chaud de l’été, parvient à résister, à produire du vert et même quelques fleurs.

Alors que beaucoup s’épuise à vouloir garder une grande étendue d’herbe verte, d’autres s’ouvrent à un aménagement extérieur plus économe en eau et plus intégré dans le paysage méditerranéen.

Il est ainsi possible de concevoir des jardins dits « secs » qui résistent aux fortes chaleurs tout en proposant des étalements de floraisons riches et variées.


Et vous, seriez-vous prêt à adopter un jardin sec ?


N’hésitez pas à partager votre avis, vos craintes ou vos doutes en commentaires.

Je me ferai un plaisir d’échanger avec vous.


Photos : Pépinière Filippi - Sète








OUI, par conviction écologique
OUI, pour faire des économies
NON, cela ne me correspond pas
Autre réponse

Commentaires (42)

  • Ugo Torres

    Par conviction Ecolo ! Le concept est très sympa !

  • sophie_clavier

    Je ne connaissais pas ce type de jardin mais il m'intéresse

  • Discussions associées

    Cuisine : Pour ou contre le thermomix ?

    Q

    Commentaires (92)
    J'aime faire la cuisine a la main et je trouve cet appareil très cher et inutile sauf pour la dînette (si vous êtes plus de quatre il faut oublier). j'en ai eu dans les mains et régulièrement en réparation, je constate simplement que beaucoup d'utilisateur ne savent pas faire la cuisine de façon classique. Si sur les anciens modèles la qualité de fabrication étais honorable (30 Ans), il en va autrement sur les modèles a partir de la version TM31 l’électronique qui gère le moteur est de très mauvaise qualité Asiatique, Inadmissible pour des appareils de ce prix si encore la réparation n'étais pas hors de prix. Il y'a aussi des problèmes d'étanchéité Et si vraiment vous voulez dépenser des sous sans avoir un truc moche: Pour le même budget vous pouvez vous acheter un robot pâtissier Kitchenaid artisan (entièrement en métal) 350 a 400€ ( qui en plus d’être décoratif vous durera au moins une vie + un robot multifonction Magimix 250 a 350€ (le moteur durera 1 vie mais le bol environ 20 Ans) et c'est made in France Et si vous aimez les Vraies Glaces & Sorbet maison (pas un truc qui mouline des fruits congelé) il vous reste assez d'argent pour la turbine à glace qui vous durera au moins 20 Ans (la mienne a 26 Ans mais n'a pas d'élèctronique) Et pour contrôler la cuisson quand on n'a pas l'habitude du gaz, les plaques a induction c'est parfais. La vous pouvez inviter du monde ce n'est pas de la dînette. Je pense qu'il est illusoire de penser que l'on gagne du temps. Les recettes faisables dans ce genre de robot sont en général très simple à faire a la main. allez faire des pommes de terre sauté par exemple ;-) Ce serais intéressant de faire un concour de cuisine. une personne au thermomix (ou autre) et une personne avec des moyens classiques Je serais curieux du résultat. PS: je n'ai pas d'action chez kitchenaid ni Magimix.
    ... Voir plus

    Je deviens fou, ont besoin d'aide avec ce plan

    Q

    Commentaires (14)
    Bonne idée! Je ne pensais pas à déplacer le placard pour faire plus de place pour la cuisine. Comme cela, nous pouvons même avoir un îlot de cuisine. Très utile! Toutes les autres suggestions sur ce qui pourrait aller dans l'espace où vous avez marqué "bureau"? Salle à manger? ou est-ce trop loin de la cuisine? Je préfère garder cette ouverts (pas de murs) que cette porte-fenêtre donne une belle vue sur le jardin. je vous remercie beaucoup
    ... Voir plus

    Aménagement de notre séjour

    Q

    Commentaires (53)
    Oui Florence je vais bien et j'espère que toi aussi. Depuis hier je me repose après avoir rattrapé le retard de lessives, repassage et autres et je suis aussi contente parceque le jardin et le verger sont prêts pour l'hiver. Je bichonne tout ça aussi. Gros bisous et à la mi-novembre pour les photos finales du superbe petit nid douillet qui est loué depuis décembre à un couple trentenaire qui a eu un vrai coup de coeur et en plus c'était la première visite et je les sens bien. Re-bisous.
    ... Voir plus

    La couleur dans le jardin

    Q

    Commentaires (5)
    Pour moi, utiliser de la couleur ,bien sur avec parcimonie, permet de donner une véritable personnalité à un extérieur. De plus en utilisant une couleur présente dans l’intérieure de la maison, on peut faire un rappel dedans dehors du plus bel effet. www.idojardins.fr
    ... Voir plus
  • Victoria Gascard

    Le concept est très intéressant, j'avoue ne pas connaitre le concept !

  • julie Maretraite

    Oui.
    Mais j'habite en Provence. Ca aide !
    Ce type de jardin dans le Morvan ? J'ai des doutes.
    Le thym cultivé à l'eau de pluie perd de son caractère et de son goût.
    De plus, ça pousse d'autant mieux que le sol est calcaire et caillouteux.

    Vincent GRUNEWALD a remercié julie Maretraite
  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    En effet, chaque région possède une flore riche, variée et adaptée aux conditions climatiques locales. Toute la compétence de l'Architecte Paysagiste réside dans le fait de s'inspirer des milieux dits "indigènes, naturels, spontanés" pour concevoir un aménagement fonctionnel, esthétique mais surtout authentique.

    Du moins, c'est ma méthode. ;-)

  • PRO
    Harmony Home Design

    En Bretagne, les jardins secs sont bienvenus au bord de la mer, s'inspirant des dunes et des abords de plage avec les almeria maritima, les lagurus ovatus ou gros-minet, et sans compter les célèbres bruyères et les canches élégantes. Tout dépend du PH du terrain, de l'exposition, de l'ombre et de la lumière...


    Vincent GRUNEWALD a remercié Harmony Home Design
  • Nathalie Corsica

    Bonjour, j'adore ce genre de paysage. Le maquis est très inspirant pour ceux qui savent le regarder et puis les pierres sèches c'est plus que beau ! Perso j'y rajouterais des aloés et des cactus ;) surtout que ça donne de la couleur en plein hiver. Par contre j'ai peut être un avantage d'habiter très au sud du sud ^^

    Je rajouterais juste ceci : prélever dans la nature proche de chez vous. L'espèce sera de fait adaptée à votre sol. N'hésitez pas à demander à un voisin une bouture. Ne faites rien venir de loin car vous risquez de ramener aussi des maladies difficiles voir impossible à éradiquer. Et pour les aromatiques arretez de ne penser que culinaire en tout petits pots, pensez grand, pensez massifs ;) elle sont magniques en floraison et elles ne coûtent pas cher. Le romarin par exemple est en pleine floraison et c'est magnifique sa couleur

    Vincent GRUNEWALD a remercié Nathalie Corsica
  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Bonjour @Nathalie Corsica, je ne peux qu'être d'accord sur votre démarche. Attention toutefois à privilégier le prélèvement de boutures car certains milieux sont fragiles et certaines plantes rares. Le romarin est un très bon exemple de floraison longue. J'apprécie également la roquette, la fausse roquette, l'alysse ou la moutarde, qui fleurissent tout ou une partie de l'hiver.

    Egalement pour dynamiser les massifs, vous pouvez mixer des plantes à port différent comme les cactées que vous citez ou encore les euphorbes, les sisyrinchium, les iris, avec des plantes à port plus arrondi ou moutonnant (lavandes, helichrysum, atriplex, artemesia...).

  • julie Maretraite

    Bonjour
    Jardin pour jardin, je vous présente mon royaume :


    8 m² ( 4 x 2 tout de même) en plein centre ville, bordé d'immeubles et de murs de 2 m de haut, avec en tournant : muguet (qui fleurit milieu Avril !), iris, lilas, vigne vierge, laurier, abélia, lierre vert, lierre bleuté, des violettes venues se poser seules entre les pierres de "l'allée" à côté d'une rampante dont j'ignore le nom, thym, romarin et lavande et sur l'avant menthe et sauge.
    Pas de "petits pots". En direct du jardin.
    Et avec arrosage automatique s'il vous plait.
    Tout ça a grandi depuis, mais le temps n'est pas aux photos.
    Bon week-end frais.

    Vincent GRUNEWALD a remercié julie Maretraite
  • Nathalie Corsica

    Oui la moutarde il y en a un peu de partout, d'ailleurs les petites fleurs jaunes semblent adorer les sols d'ici et je ne vous parle pas de l'immortelle ;) . Les iris sont déjà effectivement en fleurs ;) comme la lavande d'ailleurs...


    j'aimerais tenter l'allium vous en pensez quoi ? car je n'en vois pas ici et je suis contre importer un truc qui pourrait se propager (mais bon c'est pas parceque je n'en vois pas, qu'elles n'existent pas quelque part) Toutes les photos sont du WE dernier.

  • contact4176

    Bonjour,


    Vaste débat que celui de définir les variétés endémiques !

    En sa qualité d'ingénieur,Mr Grunewald,saura certainement corriger nos appréciations.

    Qu'en est il vraiment des dites variétés endémiques ?

    L'excellente pseudo ma lulie Maretraite illustre le propos.

    Nous bénéficions tous aujourd'hui de ce que nous ont apporté et " ramené" les autres ( premiers explorateurs,missionnaires,colonisateurs,marchands,savants...)

    Ainsi le muguet semble être originaire du Japon

    L'Iris du bassin méditerranéenne des côtes d’Afrique du Nord

    L'abélia de Chine ....

    Et pas plus que Mr Parmentier n'a inventé la pomme de terre,mais que devons ça aux conquistadors espagnols,tous comme la tomate nous arrive du Pérou...


    Nous nous sommes donc bien toujours enrichis du savoir et ds connaissances des autres.


    Et qu'en est-il,de la faculté d'adaptation du végétal sous des climats différents,Mr Grunewald ?

    Pour des raisons diverses,nombre d’espèces sont aujourd'hui présentes sur le sol de notre belle France alors que la situation géographique,les températures,l'altitude du lieu d'origine ne les prédisposaient pas (ou peu) à prendre racine.

    Si on ne s'en réfère qu'aux indications du très autorisé catalogue officiel ou des indications phytosanitaires officielles,on aurait pas vraiment évolué .

    Merci aussi aux civilisations arabo-musulmane,gréco-romaine,aux oiseaux migrateurs et autres animaux planqués dans les cales des bateaux !

    D'autres avis seraient bienvenus.

    Cordialement


    Vincent GRUNEWALD a remercié contact4176
  • julie Maretraite

    J'aime vos propos.
    Jadis, il y a fort longtemps, j'ai laissé pousser une haie, avec quasiment que l'apport des oiseaux (comme mes violettes actuelles). Plantes locales, adaptées, graines pré-enrobé de fumier (voir à cet égard, le merveilleux livre "l'arbre et la haie" de Mr Soltner)

    Quand à l'adaptation des plantes...

    Il y a dans notre immeuble une sorte de bac à plantes étouffé dans une cour intérieure sans jamais de soleil.
    Pas moyen d'y faire pousser quoi que ce soit jusqu'au jour où, de guerre lasse, j'y ai enfoui mes noyaux d'avocats. A mon grand étonnement, le bac est plein de "tiges" d'avocat et j'avais intégré l'idée que l'avocatier était une sorte de liane qui veut bien pousser en Provence dans les endroits sombres sans soleil.
    Jusqu'au jour où au Pérou, sous un arbre immense et impressionnant, en plein soleil, j'interroge mon interlocuteur. "C'est quoi ce bel arbre ?"
    Un avocatier. Les miens se sont adaptés à la situation locale. Pourquoi ?

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Bonsoir, ma formation d'Ingénieur n'aura pas réponse à toutes les interrogations soulevées. Seulement, j'apporterai une nuance en séparant les plantes naturalisées des plantes endémiques.

    Dans le cadre des jardins secs, de nombreuses plantes proviennent du bassin méditerranéen et donc d'autres pays que la France. Le devoir du botaniste puis du pépiniériste est donc d'étudier la plante dans son contexte environnemental afin de connaître sa méthode de reproduction mais aussi ses prédateurs, ses pollinisateurs... C'est donc l'étude botanique d'un biotope qui permet de prévoir et d'étudier le caractère invasif d'une plante importée avant de la proposer à la commercialisation. (Livres d'Olivier FILIPPI conseillés)

    Comme le souligne justement Distributeur enduits minéraux,sols coulés colorés, de nombreuses plantes ont été importées et naturalisées en France. Certaines sont devenues invasives, d'autres non. On doit aux expéditions de Darwin et bien d'autres, aux voyages, aux oiseaux, aux industries (vers à soie), aux collectionneurs la richesse de nos parcs et inventaires botaniques d'aujourd'hui.

    Quel beau métier n'est-ce pas ?

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Nathalie Corsica : Il existe plus d'une trentaine de variétés d'aulx (Allium giganteum pour le plus contemporain, aulx d'ornement pour les plus sobres). Je suis sûr que vous saurez profiter de sa floraison éphémère mais remarquable. Attention toutefois pour les aulx géants, car les tiges cassent avec les rafales de vents (Mistral par exemple).

  • contact4176

    Bonjour,


    Sic Vincent GRUNEWALD Quel beau métier n'est-ce pas ?


    Il y a aussi une part de "darwinisme" dans le bâtiment où nous sommes souvent inspirés du savoir des autres,ainsi que de l'usage des matériaux et techniques non pratiqués sur le territoire.On le doit aussi à certains "envahisseurs/colonisateurs" pour ne citer que les grecs,romains et maures.

    Ils avaient aussi d'ailleursbeaucoup de botanique dans leur bagage!

    Oui,vous faites un beau métier de par sa diversité et dans la mesure du possible avec l'esprit de sauvegarde d'espèces rares et/ou oubliées.

    Cordialement

  • armellechazel

    très interessée mais comment faire ??

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD
    Bonjour armellechazel, pour répondre à votre question, il faudrait connaître votre lieu de vie.
    Ce type de jardin est adapté aux climats doux et aux sols pauvres. Dans le cas d'un sol lourd (argileux par exemple) et en zone méditerranéenne, il faut pratiquer un travail du sol léger avec apport de sable pour rendre le sol plus drainant. La plupart des plantes évoluent dans un terrain rocailleux et pauvre, il faut donc posséder ou reproduire au mieux leur terrain de prédilection.

    Cordialement,
    Vincent
    info@vincent-grunewald.fr
    06.13.86.95.50
  • ceciledavid1000

    bonjour,

    j'habite dans le sud, près de Toulon, et effectivement il devient de plus en plus nécessaire de penser à un "jardin sec". En plus des variétés endémiques ou originaires du bassin méditerranéen, (thym, romarin, valériane, laurier-tin, laurier rose, ciste, hypéricum, convolvulus......), il faut penser aussi à des plantes originaires d'Afrique du sud et d'Océanie (Australie/Nouvelle-Zélande), qui se plaisent fort bien chez nous, sans trop de soin et pas ou peu d'arrosage.

    J'ai tenté dans mon jardin certaines "nouveautés" pour moi : teucrium, romarin d'Australie, agapanthe, griffes de sorcière, lin de nouvelle-zélande ou phormium, eremophylla..... certaines ont des feuillages intéressants (argenté, pourpre, rose...) ce qui contribue à rendre ce jardin attractif même sans fleur!

    Je suis cependant contre le fait de prélever dans la nature des végétaux, car certains sont fragiles et en danger ( cas de certaines variétés d'orchidées sauvages). De plus, souvent, elles n'aiment pas être déplacées et meurent rapidement.

    Vous pouvez vous rapprocher de jardineries spécialisées dans les végétaux adaptés à votre région. Une est très bien à sillans-la-cascade dans le haut var.

    bon jardinage!


  • PRO
    DOM PALATCHI

    Sans oublier les (vraies) vertus de ces plantes qui ne sont pas qu'aromatiques et qui nous soignent:

    la Sauge, le Romarin, le Thym (le Serpolet chez moi), la Menthe sauvage. La Verveine plus fragile. Chaque été, nous les cueillons, faisons sécher à l'ombre sur des draps pour les boire en infusion tout l'hiver... Lutte contre les coups de froid extrêmement efficace, c'en est étonnant!

    Sans oublier les fleurs sauvages, Reine des Prés, Camomille...

    Désherbage à la main, aucun produit n'est utilisé dans notre propriété, nous garantissant une certaine qualité de cueillette.


  • Mie

    Sauf que, en effet, le Jardin sec c'est très bien, très joli mais ... pas fait encore pour le Limousin :-)

    Toutefois, j'utilise un peu le principe, je n'arrose que l'année de la plantation de mes Vivaces, Arbustes etc .

    J'use et abuse de paillis maison uniquement ... et ma foi tout ce petit monde se porte bien pour mon plus grand bonheur.

    Bel Article quand même et belle journée.

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD
    Bonjour Mie, vous avez tout à fait raison. Le paillage est la solution naturelle numéro 1 et de bon sens pour limiter l'evapotranspiration des plantes.
    Paillage minéral ou paillage organique, de nombreuses possibilités existent et sont à choisir selon les plantes. Pour un jardin sec, le paillage minéral est préconisé pour conserver un sol drainant.
    Vincent,
  • armellechazel

    bonjour j habite dans l herault mais mon terrain n est pas rocailleux

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Je vous rassure, je suis à Cavaillon dans le Vaucluse et mon terrain est extrêmement argileux. Je suis donc obligé de pratiquer un travail du sol avec apport de matière minérale (sable notamment) et de créer des volumes surélevé pour limiter la stagnation d'eau dans le sol.

    Pas d'inquiétude, quelque soit le sol, il existe une solution.

    Cordialement,
    Vincent GRUNEWALD

  • PRO
    Labore

    Ce type de jardin me semble passionnant. J'habite dans la région bordelaise pas très loin du fleuve Dordogne, cela vous semblerait il compatible avec notre climat ? Merci pour votre réponse.

    Rémi

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD
    Bonjour Rémi,

    Votre région est réputée pour son fort ensoleillement accompagné de précipitations intenses.
    La philosophie du jardin sec peut être adaptée à votre localisation en choisissant des plantes endémiques de votre station (secteur géographique et climatique). Dans le cas d'un jardin avec des plantes du bassin méditerranéen, il faudra veiller à ce que votre sol soit drainant (s'il ne l'est pas déjà) et mettre en place un paillage minéral de granulométrie 6/8 (pas d'éléments fins pour limiter la croissance des adventices).
    Vous pouvez me contacter par mail ou téléphone si vous souhaitez des informations complémentaires.
    Cordialement,
    Vincent
  • PRO
    Stéphane Jacquot - Bureau de paysage

    Compte tenu de l’évolution du climat vers une augmentation des températures moyennes et de la diminution des ressources en eau, l’intérêt pour les « jardins secs » augmente et c’est tant mieux !!!

    Pour créer un jardin (ou un massif) sec vous avez besoin de chaleur et (idéalement) de vent régulier. Je vous recommande de l’installer dans un espace exposé au sud, au pied d’un mur par exemple afin de profiter du microclimat induit par l’ensoleillement tout au long de la journée et par la réverbération.

    Si le sol de votre jardin est naturellement sec et drainant, profitez-en et plantez directement vos végétaux en pleine terre. Si votre sol est naturellement riche en eau, et que vous souhaitez tout de même créer un jardin sec, vous avez deux options principales :

    1. Vous changez la nature du sol en installant un système de drainage, en amendant le sol avec du sable et en créant des surfaces de plantation surélevées ou en pente.

    2. Vous pouvez aussi planter votre jardin « hors-sol » c’est-à-dire en pots ou en bacs dans un substrat drainant.

    À titre personnel, j’aurais tendance à privilégier l’option n°2 parce qu’elle permet d’indiquer clairement l’inadéquation du sol existant à l’installation d’un jardin sec. La composition est plus lisible et le message envoyé est le suivant : « Le sol naturel de cet espace est inadapté à l’installation d’un jardin sec. Nous avons donc créé un nouveau sol en installant des pots et des bacs. »

    L’intérêt des jardins secs est que les choix de végétations sont très très larges et les associations possibles sont infinies. Les végétaux adaptés aux situations sèches sont majoritairement des plantes de plein soleil. Cela dit contrairement aux idées reçues certaines plantes d’ombre sont adaptées aux situations sèches.

    Vous souhaitez en discuter directement ? Contactez un pépiniériste ou un paysagiste-concepteur.

    À bientôt.

    Stéphane Jacquot

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Bonjour Stéphane Jacquot, il est vrai que le jardin sec n'est pas adapté pour toutes les localités. Comme expliqué plus haut, chaque région possède une flore "naturellement" adaptée aux conditions pédoclimatiques locales. Le savoir faire de l'Architecte Paysagiste réside dans la reconnaissance de ces plantes, leur sélection et leur organisation pour rendre l’espace à aménager fonctionnel, esthétique mais aussi authentique, c'est à dire intégré dans son contexte environnemental.

    Un jardin en pots est une bonne idée, mais selon les régions (le sud par exemple), il nécessite un temps d'arrosage conséquent ou un système de micro-irrigation.

    Mes clients confondent parfois "jardins secs" et "jardin avec peu d'entretien". Les deux sont compatibles à moyen et long terme. Toutefois, les techniques de paillage du sol, d'utilisation de plantes allélopathiques (substances libérées par les racines des plantes et inhibant la germination des adventices) et de gestion différenciée permettent d'aménager des jardins à l'entretien limité quelque soit la localité sans être pour autant des jardins secs.


  • PRO
    Stéphane Jacquot - Bureau de paysage

    J'obtiens d'excellents résultats dans les plantations en pots en ajoutant au substrat un hydrorétenteur vendu sous la marque Polyter. Ce produit permet de diviser par 2 et parfois par 3 les apports d'eau nécessaires à la survie des végétaux plantés en pots.

    Excellente fin de journée.

    Stéphane Jacquot

  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Merci pour votre retour. J'ai en effet entendu parler de ce produit. Si ma mémoire est bonne, il a été développé par un français. Ce produit m’intéresse mais je n'ai pas eu beaucoup de retours sur son utilisation et leur site internet est désuet. Peut-être pourriez-vous partager votre expérience ?

    Ce produit est-il réellement et totalement biodégradable ou il y a des substances lessivées ?

  • PRO
    Stéphane Jacquot - Bureau de paysage

    Effectivement, c’est un produit français. Quand on l’achète, c’est une jolie poudre verte qui a une odeur citronnée. Quand on y ajoute de l’eau, ça fait un gel translucide. Ça s’utilise comme n’importe quel amendement. Même s’il implique un surcoût, c’est maintenant un produit que j’utilise (quasi) systématiquement lorsque je fais des plantations.

    Je valide totalement ce produit. Je pense même qu’il sera un incontournable dans les prochaines années.

    À bientôt.

  • Mie

    Très intéressante cette discussion mais, Sniff Sniff ... je relève "Je pense même qu’il sera un incontournable dans les prochaines années." .

    Pour les plantes en Pot, je veux bien, mais le moral est bien tristounet pour Stéphane Jacquot.

    Un Jardinier ne se laisse pas démoraliser si vite.

    J'espère bien que la relève est assurée avec ceux qui, comme moi, aiment vraiment la terre et lui font de belles mixtures (tonte de pelouse, BRF d'arbres ou d'arbustes, compost maison etc etc).

    Rien ne se perd chez moi, tout retourne à la terre.

    Quels beaux métiers vous faites, ne perdez pas ça de vue !




    Vincent GRUNEWALD a remercié Mie
  • PRO
    Vincent GRUNEWALD

    Bonjour Mie, vous avez raison ! Les pratiques que je qualifie de bon sens reviennent un peu au goût du jour. Ainsi, le compostage et le paillage au potager comme au jardin permettent de limiter l’évapotranspiration du sol, d'améliorer la couche superficielle de ce dernier en favorisant la fabrication d'humus, et de limiter la croissance des adventices. Rien ne se perd, tout se transforme, la nature est remarquable !

    Mon potager suit ces principes et s'avère productif malgré une terre extrêmement argileuse.

    (Désolé pour l'orientation réalisée par le site)
    Potager biologique · Plus d'infos

    Attention toutefois pour les jardins secs car l'apport de matière organique au pied des plantes favorisent, au même titre que l'irrigation par goutte à goutte, le pourrissement des racines et les champignons par stagnation de l'eau dans la couche supérieure.

    Concernant le polyter, mon avis, comme expliqué plus haut, est partagé entre ses avantages pour toutes les cultures en pots et jardinières (fleurissement communal comme pour la culture en pépinière) et le peu de renseignements à propos des éventuelles substances qui ne seraient pas assimilées par les racines.

    Affaire à suivre, ;-)




  • PRO
    Stéphane Jacquot - Bureau de paysage

    Bonsoir Mie,

    Merci pour votre commentaire. Rassurez-vous, mon moral est au beau fixe.

    Je donnais juste un conseil à toutes les personnes qui nous lisent. Tout le monde ne sait pas concocter (comme vous) des préparations maison pour leurs jardins ou leurs pots à fleurs.

    Cela dit, j’utilise le Polyter comme une sorte d’assurance pour mes plantations afin de protéger le patrimoine de mes clients. Vous avez raison, c’est réellement triste de voir un jardin à peine planté dépérir par manque d’eau alors que des solutions simples et durables existent.

    C’est aussi la responsabilité du paysagiste de s’assurer que tout est mis en œuvre pour préserver l’environnement, le patrimoine de ses clients et sa réputation.

    Excellente soirée.

  • PRO
    Florian Préault | Concepteur & Coach Paysagiste

    Les jardins secs sont une bonne alternative ! J'approuve !

  • PRO
  • PRO
    Kty.L Décoratrice d'intérieur

    Oui étant moi-même installée dans le Sud de la France, je trouve que c'est une très bonne solution qui respecte l'environnement.

  • PRO
    Vanessa Cottin

    La pépinière Filippi est une source d'inspiration fantastique, allez jeter un coup d'oeil à ses livres...

  • PRO
    bySenses - Architecte d'Intérieur & Designer

    Oui. Par conviction écologique ou pour faire des économies, vous avez raison. Mais aussi tout simplement parce que c'est une magnifique alternative! Sujet très intéressant à développer.

  • PRO
    Agence Manuel MARTINEZ

    On a besoin de tous se sensibiliser à l'écologie!

  • PRO
    Jeanne Dubourdieu Création de Jardins

    Une bible pour moi l'ouvrage d'Olivier Filippi "Pour un jardin sans arrosage" et tellement d'actualité...

  • PRO
    simonson landscape

    Elles sont faciles à entretenir, consomment peu d’eau et sont avant tout écologiques. Grand fan et créateur de jardins tolérants à la sécheresse! Vive les jardins qui résistent à la sécheresse! Pour les passionnés de jardins secs, jetez un coup d’œil à ce projet. simonsonlandscape.com/chaumont-sur-loire

  • PRO
    Atelier Bardam

    un jardin sec en totalité ou en partie mais oui

    selon la région, le jardin devra s'adapter à son environnement naturel et aux espèces régionales


France
Personnaliser mon expérience à l'aide de cookies

En continuant à naviguer sur ce site ou à utiliser cette application, j'accepte que le groupe Houzz utilise des cookies ou d'autres technologies similaires pour améliorer ses produits et services, me proposer du contenu pertinent et personnaliser l'expérience utilisateur. En savoir plus.